Un raid de Police dans un bar à narguilé près d'une université de Phuket

Actualités Phuket Thaïlande

Un raid de Police dans un bar à narguilé près d'une université de Phuket Un raid de Police dans un bar à narguilé près d'une université de PhuketUn raid de Police dans un bar à narguilé près d'une université de Phuket
31 Juillet
08:22 2015

La police a placé en garde un gérant de bar et saisi 40 narguilés après un raid la nuit du 29 Juillet, elle a trouvé 11 adolescentes entrain de fumer sur le lieu.


Les fonctionnaires dirigés par Aroon Sing-en de l'Office provincial de Phuket et le surintendant adjoint Chao Phomna, de Phuket City Police, ont attaqué le bar Sabaijai sur Kanjana-Uthit Rd, situé à côté du marché du frais, derrière l'université Rajabhat Phuket, à 22 heures.


Le raid, comprenant plus de 30 policiers et fonctionnaires, y compris les bénévoles de la protection civile, a été initiée après une dénonciation que le lieu avait de la fourniture de produits du tabac illégale et attirail de fumeur.


À leur tour, les agents ont saisi 40 shishas, connu localement comme Baraku , dans le bar et ont mis en garde à vue le gérant du bar, Tanongsak Janmanee, 32 ans, de Nakorn Sri Thammaratm, qui a été emmené au poste de police de la ville de Phuket pour interrogatoire.


Les 11 adolescentes pris à fumer au bar, ont également été trouvées n'avoir aucune identification entre l'un d'entre eux au moment du raid. Les agents ont pris leurs déclarations, puis les ont réprimandé, pour fumer et expliqué les dangers de prendre l'habitude de fumer avant de les relâcher.


Le Premier ministre Gen Prayuth Chan-o-cha et le Conseil national pour la paix et l'ordre l'an dernier a interdit l'importation du narguilé de style du Moyen-Orient, un dispositif utilisé pour fumer le Baraku, un produit de type de tabac.


Le mouvement, bien que critiqué pour son prétendu manque d'efficacité, visant à réduire le tabagisme ou les problèmes de drogue chez les adolescents.


L'interdiction est entrée en vigueur le 19 Février, 2015, en vertu de la Loi sur la protection des consommateurs, qui stipule que toute personne reconnue à vendre ou à donner du Baraku ou du liquide pour fumer le-Baraku, est reconnu coupable, et fera face à cinq ans de prison ou d'une amende jusqu'à B500,000, ou les deux.


article the Phuket News

Photo from - the phuket news

Les dernières vidéos