Prayut appelle au calme après les émeutes de rue à Phuket

Actualités Phuket Thaïlande

Prayut appelle au calme après les émeutes de rue à Phuket Prayut appelle au calme après les émeutes de rue à Phuket
12 Octobre
11:00 2015

Le Premier ministre Prayuth Chan-ocha a promis la justice après les émeutes de Phuket dans le week-end déclenchées par la mort de deux jeunes hommes, des enquêtes ont été lancées pour trouver les faits derrière une des pires violences de rue dans la province au cours des dernières années.


Le porte-parole du gouvernement Sansern Kaewkamnerd a déclaré que le Gén Prayut hier (Oct 11) a promis qu'il y aurait un traitement équitable aux familles et aux policiers concernés et a insisté pour que le gouvernement ne protège pas les offenseurs.


Le Premier ministre a exprimé ses condoléances aux familles des victimes qui ont perdu leurs proches et a exhorté au public à ne pas endommager les biens. "Le gouvernement va assurer un traitement équitable de tous les côtés, mais à ce stade il ne discutera pas des détails et il laissera les autorités concernées faire leur travail," a-t-il dit.


La violence a éclaté à environ 23 heures samedi soir (10 Oct) suite à un affrontement de plusieurs heures au poste de police de Thalang lorsque des manifestants en colère ont lançé des pierres et des cocktails Molotov dans l'enceinte du poste. Les fenêtres ont volé en éclats et plusieurs véhicules de police ont été incendiés ou vandalisés.


Des dizaines d'habitants se sont rassemblés devant la gare le samedi après-midi pour protester contre la police, après avoir entendu que deux hommes avaient été tués après que la police a poursuivi leur moto.


La police a dit que la moto des jeunes ne s'était pas arrêté à un barrage de police. Ils ont donné la chasse mais percuté la moto, conduisant à la mort des hommes. L'une des victimes a été identifiée comme Pathomwat Panarak, 22 ans, et l'autre Identifié seulement comme un jeune de 17 ans. Selon la police, M. Pathomwat avait un dossier d'abus de drogue tandis que l'autre n'avait rien.


La police insiste que l'accident était un accident et ils ont trouvé 50   pilules de ya ba (méthamphétamine) et environ un kilogramme de Krathom sur les hommes.


Mais les résidents et les familles et les amis des victimes ne sont pas convaincus. Ils ont accusé la police de réagir de façon excessive et d'avoir écraser intentionnellement la moto causant la mort.

Ils ont tourné à la gare et ont demandé à voir le groupe de quatre policiers impliqués dans l'incident.


Les quatre sont Pol Lt Suchart Luecha, Pol Snr Sgt Maj Prasai Phuengphol, Pol L / Cpl Kanthaphol Khongnukate, et Pol L / Cpl Phanuwit Kaewsang. La tension a monté lorsque la police a refusé de faire sortir les quatre et alors plus de personnes ont rejoint la manifestation.


En soirée, les manifestants étaient plusieurs centaines et ils ont bloqué Thepkasattri Rd en face de la gare, paralysant le trafic, y compris le blocage de la route de l'aéroport international de Phuket. Le bruit des explosions de pétards ont été entendus et les adolescents sur des motos ont encerclé la zone.


De nouvelles violences ont éclaté lorsque des coups de feu ont retenti, apparemment à l'intérieur du poste. Les manifestants ont jeté des pierres et des bombes incendiaires artisanales, selon des témoins.


Le Bureau de police de la région 8, qui supervise la police de Phuket, a rendu une ordonnance d'urgence le transfert des quatre officiers de la province pour apaiser les tensions, mais en vain. Les manifestants ont exigé que des accusations criminelles soient portées contre eux.


Les troupes de l'Armée Cercle 41, dirigé par le général de division Thinachat Chindangern, ont été déployés à 1h du matin dimanche. Deux heures plus tard, après des négociations avec l'armée, les manifestants ont décidé de se disperser et de retourner pour des entretiens avec les autorités à 9h. Le affrontements ont duré 15 heures. Quatorze policiers ont été blessés dans l'attaque du poste de police.


Hier, dans les négociations qui ont duré une heure, négociés par le général de division Thinachat, il a dit que l'armée allait mettre en place un comité conjoint pour enquêter sur l'incident, et la réhabilitation serait fourni.


Le gouverneur de Phuket Chamroen Thipayapongthada, a dit que l'enquête serait terminée dans les 30 jours.


Le pannel, qui comprendrait aussi la poursuite, l'administration locale, et l'armée seraient d'établir si les drogues ont été trouvés et si l'accident était délibéré.


Pendant ce temps, le Pol Gen Prawut Thawornsiri a dit que la Police royale thaïlandaise également mettrait en place un autre jury pour interroger les quatre policiers pour savoir si ils ont réagi de façon excessive. L'enquête impliquerait les résultats de l'autopsie des victimes qui sont attendus pour dans une semaine.


Il a dit que la police également vérifiera les images de vidéosurveillance pour trouver ceux qui ont commandité la foule en émeute, et prendra des mesures juridiques contre eux.


Thaweesit Panarak, le père de Pathomwat, a admis que son fils était un ancien détenu de la drogue, mais il était sceptique sur les pilules trouvées en vitesse sur son corps. «Je ne pense pas qu'il avait de drogues. Et même s'il l'avait, la police a réagit de façon excessive », a-t-il dit.


Suksri Kaentakhian, la mère de la victime de 17 ans, a dit qu'elle ne voulait pas se contenter tout au moins que des accusations criminelles. "Ils doivent être renvoyés du service et accusés. Les transférer hors de la zone ne suffit pas ", a-t elle dit.


article Bangkokpost.com

Photo from - bangkokpost.com phuket gazette

Les dernières vidéos