Les proches de l’ancien responsable du cadastre doutent ‘une fois de plus’ des dire du DSI quant aux caméras de surveillance

Actualités Phuket Thaïlande

Les proches de l’ancien responsable du cadastre doutent ‘une fois de plus’ des dire du DSI qua
08 Septembre
11:17 2016

PHUKET : La police enquêtant sur la mort suspecte de l’ancien responsable du cadastre et suspect dans des affaires de fraude foncière Tawatchai Anukul annonce qu’elle pense terminer son investigation sous 30 jours, alors que le frère du suspect retrouve mort conteste une nouvelle fois la version du DSI expliquant que les caméras de vidéosurveillance situées a l’extérieur de la cellule étaient HS.

Crime, Mort, Corruption, Terrain, Suicide, Police

Responsable de l’enquête, le colonel Komsak Sumangkaset, chef adjoint du bureau de la division 2 de la Metropolitan Police (MPB), a expliqué que la police estimait pouvoir boucler l’affaire sous 30 jours.

Il s’est refuse à livrer les détails de l’enquête.

Il s’exprimait après que lui et une équipe d’officiels de la division de la police scientifique (CPFSD) aient examine la cellule du DSI dans laquelle M. Tawatchai aurait tenté de se suicider.

Egalement présent, le jeune frère de M. Tawatchai, Chainarong Anukul, 63 ans, s’est ensuite exprime face aux médias annonçant ses doutes quant à la version du DSI indiquant que les caméras de sécurité situées a l’extérieur de la cellule ne fonctionnaient pas.

M. Chainarong nous explique qu’il avait été convié dans les locaux du DSI afin d’examiner les enregistrements de vidéo surveillance, pour finalement apprendre du major Jatupol Bongkochmas, chef du bureau des opérations spéciales du DSI, que les camera à l’extérieur de la cellule étaient hors service.

Il explique également qu’il n’a pas été autorisé à entrer dans la cellule.

“Comment peuvent-ils laisser leur serveur central tomber en panne sans avoir de système de sauvegarde des données ?” dit-il.

Il se rapportait à l’excuse donnée par le DSI pour justifier que les cameras ne fonctionnaient pas.

Le colonel Komsak, a annoncé hier qu’il pense que les cameras du centre de détention du DSI fonctionnaient très bien mais ne pouvait être certain si les enregistrements apporteraient des indices.

M. Chainarong est retourne hier au DSI espérant pouvoir accéder à la cellule. Cependant, la permission d’accompagner les officiels du CPFSD lui a été refuse, nous informe une source proche du dossier.

Le colonel Komsak explique qu’il n’est pas nécessaire que la famille de la victime assiste à l’enquête sur la mort de M. Tawatchai.

M. Chainarong a dû observer les officiels du CPFSD effectuer une reconstitution de la ne depuis l’extérieur de la cellule.

Par la suite, M. Chainarong à exprimer ses nombreux doutes sur le suicide de son frère.

L’institut de médicine légale avait émis un premier rapport d’autopsie concluant à une mort par hémorragie abdominale et un éclatement du foie provoques par des coups portes avec un objet contendant ainsi que par asphyxie suite à une pendaison, en contradiction avec la version du DSI qui elle insiste sur le suicide du suspect par pendaison en utilisant ses chaussettes.

Pendant ce temps, un panel d’experts diligente par le ministère de la justice doit se réunir aujourd’hui pour examiner les indices disponibles.

Parmi ces indices se trouvent les résultats de l’autopsie indiquant que M. Tawatchai a perdu 500cc de sang suite à une hémorragie abdominale, nous indique le secrétaire permanent à la justice Charnchao Chaiyanukij.

Responsable de ces experts, Wisit Wisitsora-at, également directeur général du département d’observation et de protection de l’enfance, explique que les experts ont 15 jours pour remettre leur rapport.

M. Tawatchai, 66 ans, était un suspect clé dans plusieurs affaires de fraude foncière et soupçonné d’avoir émis frauduleusement de faux titre de propriété a de riches officiels de Phuket et Phang Nga.

 

Article original : Bangkok Post

Photo from - Tawatchai Kemgumnerd

Les dernières vidéos