Les écoles medico-légales des écoles de médecine, se joignent à l'enquête sur la mort suspecte de l'ancien ministre des terres

Actualités Phuket Thaïlande

Les écoles medico-légales des écoles de médecine, se joignent à l'enquête sur la mort suspecte
03 Septembre
12:24 2016

Les équipes médico - légales des écoles de médecine ont rejoint l'enquête sur la mort mystérieuse d'un ancien fonctionnaire du ministère de la terre - un suspect majeur dans un cas d'enregistrement des titres fonciers illégaux - tout en garde à vue. 

Le Général du Ministre de la Justice Paiboon Koomchaya, a déclaré hier que , pour assurer la transparence dans le cas, les équipes de médecine légale de l' Université Chulalongkorn, l'école de médecine Ramathibodi, et l' école de médecine Siriraj, participeraient à l'enquête, avec le Département des enquêtes spéciales (DSI), qui semble enquêtait lui-même.

La spéculation a entouré la mort de Tawatchai Anukul, que l'on a rapporté s'être suicidé en se pendant dans une cellule de la DSI, mardi. Un résultat d' autopsie à l'hôpital général de la police, cependant, a indiqué qu'il y a eu un éclatement du foie, une hémorragie interne et la suffocation ont été les causes de sa mort. 

Gen Paiboon a dit qu'il voulait que l'enquête soit claire et ouverte, et a ajouté qu'il avait invité les équipes universitaires d'être impliquées, dans le but d'apaiser les doutes du public à grande échelle. 

« Actuellement, trois gardes qui étaient en service au cours de l'incident, ont déjà été interrogés avec un détecteur de mensonges. La famille du suspect n'a pas été invité à assister à l'enquête, alors j'ai suggèré à la DSI que la prochaine fois, la famille devrait faire partie du processus, afin qu'ils puissent observer et reconnaître les procédures des autorités », a déclaré le Gen Paiboon. 

Le Gen Paiboon a dit que aucune autre personne n'a encore été impliqué dans la mort de M. Tawatchai, et a ajouté que si l' on peut vérifier que la DSI a été impliqué dans sa mort, l'agence serait puni par la loi. 

Le secrétaire permanent du Ministère de la Justice, Charnchao Chaiyanukij, a dit l'enquête aura un délai de 15 jours. 

« Je garantis que la famille de M. Tawatchai peut surveiller tous les processus de l'enquête pour s'assurer de la transparence et nous avons la coopération de sa famille dans l' envoi de son corps à la morgue de l'hôpital Thammasat Rangsit», a déclaré M. Charnchao. 

Le chef de la DSI, le Col Paisit Wongmuang également, insiste sur le fait que la DSI n'interférera pas dans l'enquête.

Le frère de M. Tawatchai, Chainarong Anukul, a déclaré que quel que soit le résultat de l'enquête, il veut encore savoir, pourquoi les responsables de la DSI ne lui ont montré les images CCTV, du couloir dans la zone de détention - et pas dans la salle de détention elle - même. 

Le Col Paisit a déclaré que toutes les caméras de surveillance fonctionnaient au moment de l'incident et a nié la spéculation que les images manquaient. Il a également dit que les enregistrements des vidéosurveillances étaient disponibles pour être inspectées par n'importe quel agence ou personne. 

Le corps de M. Tawatchai a été apporté du Wat Bang Temple Luang à l' hôpital de l' Université Thammasat hier pour un examen post - mortem que fera l' équipe médico - légale de l' Université Thammasat. 

Le commandant de la Division de la police 2e Metropolitan, le Maj Gen Charoen Srisaluk, a déclaré que la division a mis en place un comité pour trouver la vérité, mené par le Col Komsak Sumangkaset. Comme c'est considéré comme un cas sensible, les avocats se joindront également à l'enquête. 

"Nous avons déjà interrogé tous les gardiens qui étaient de service ce jour - là, mais dès maintenant cette affaire est toujours pas une affaire criminelle. Nous devons attendre le résultat d' autopsie officielle première », a déclaré Gen Charoen.


article phuketgazette.net

Photo from - phuket gazette

Les dernières vidéos