Le système de santé publique de Phuket passe au numérique

Actualités Phuket Thaïlande

Le système de santé publique de Phuket passe au numérique
26 Septembre
14:25 2016

PHUKET : avec l’objectif d’utiliser les nouvelles technologies et innovations pour améliorer le secteur de la sante, et plus précisément les services proposes, l’agence de promotion de l’industrie des logiciels (SIPA) décide de collaborer avec le centre national de technologie électronique et informatique (NECTEC) pour créer le nouveau système Personal Health Record (PHR).

Technologie, Santé,

Le système a été officialisé dans les hôpitaux publics de cinq provinces, dont Phuket, Nakhon Nayok, Kanchanaburi, Phetchabun et Roi Et. Avec ce nouveau système, les médecins peuvent accéder aux informations concernant leur patient depuis un serveur, ceci permettant une meilleure prise en charge.


Le bureau provincial de santé publique de Phuket (PPHO) l’utilise depuis un mois déjà. 

Nous avons de bons retours que ce soit des officiels de santé ou des patients. Ce système permet aux utilisateurs de pouvoir consulter en ligne leurs dossiers médicaux. 300 utilisateurs se sont déjà enregistrés nous informe Kittisak Chosiwongpipat, un officiel du PPHO.

“Ce système a été présenté dans 29 établissements de santé à Phuket. Les utilisateurs, médecins, officiels, patients, peuvent l’utiliser pour consulter leurs dossiers médicaux dans n’importe quel hôpital public” ajoute-t-il. 

Chularat Tanprasert, directeur de l’unité de recherche sur l’information et la communication du NECTEC, et responsable du projet PHR, nous apprend que le travail sur ce projet a débuté en 2013 en collaboration avec la SIPA afin de fournir une plateforme de services de santé publique disponible pour les citoyens thaïs grâce à une application mobile Android. 

Les utilisateurs peuvent accéder sur un serveur central via leur ordinateurs, tablettes, téléphones et autres objets connectes. Le système PHR permet à tous d’accéder de manière sécurisée a son dossier médical et de consulter ses antécédents.

Le PHR comprend quatre catégories, historique, traitements, bilan de santé et analyses. 

“L’historique permet de consulter les données spécifiques relatives à chaque établissement, des données relatives aux autorités de santé de chaque district, une liste de professionnels de santé a proximité ainsi que des informations et des guides de santé” explique Melle Chularat.

La catégorie traitement fourni des informations sur l’historique et les visites médicales réalisées. La catégorie bilan de santé permet de planifier la réalisation de bilan de santé généraux et de suivre l’évolution de son état de santé, de sa condition physique et de ses habitudes alimentaires.

Enfin, la partie analyse fourni toutes les informations relatives aux soins, du traitement de conditions médicales existantes en passant par les traitements préventifs et pro actifs. 

Jirawan Boonperm, directeur de la SIPA, nous explique que ce projet permettra l’amélioration des services de santé publique et l’amélioration de la qualité des hôpitaux publics, tous le thaïs en bénéficieront.

“L’agence négocie avec le ministère de santé publique afin que le PHR soit étendu a tout le pays, ce sera la prochaine étape de ce projet” dit-elle.

Le résultat sera que les atteints des hôpitaux publics pourront a tout moment accéder à leur dossier médical ce qui permettra aux médecins d’avoir l’information la plus complète possible sur leurs patients, continue Melle Jirawan. 

Sarun Sumriddetchkajorn, directeur exécutif de NECTEC, explique que le système PHR permettra à tous les thaïs d’accéder à leur dossier médical via leurs appareils connectes, et pourront s’en servir pour devenir pro actifs quant à leur sante.

“De plus, ils pourront être soignés par leur médecin ou par l’hôpital dans les temps, puisque les professionnels de santé pourront accéder à leur dossier qui leur donnera toutes les informations qui y ont été consignées par tous les établissements utilisant le système” dit-il.

Tous les citoyens intéressés par ce système doivent demander leur identifiant et leur mot de passe auprès du PPHO ou d’autres centres de santé. 



Article original: Kongleaphy Keam

Photo from - Pixabay

Les dernières vidéos