Le règlement sur les conducteurs ivres doit continuer

Actualités Phuket Thaïlande

Le règlement sur les conducteurs ivres doit continuer
06 Janvier
12:02 2016

Le cabinet hier (5 janvier) a approuvé un passage de prolonger indéfiniment l'utilisation de l'article 44 de saisir temporairement les permis et les véhicules des conducteurs ayant bu, pour freiner les accidents de la route.


L'ordre, émis le 30 déc en vertu de l'article 44 de la charte provisoire, a été initialement conçu pour être utilisé uniquement pendant la campagne "sept jours dangereux" de la période de vacances du Nouvel An, et devait prendre fin hier.


Le porte-parole du gouvernement, le Maj Gen Sansern Kaewkamnerd a annoncé que l'ordre serait désormais mis en œuvre en permanence, et aurait le même statut que les règlements de la circulation.


L'ordre donne aux autorités le pouvoir de saisir les permis des conducteurs ayant bu qui enfreignent la loi pour un maximum de 30 jours et de mise en fourrière de leurs véhicules pour un minimum de sept jours. Les conducteurs ivres peuvent également être arrêtés et détenus, puis envoyés pour assister à un programme d'ajustement comportemental pour un maximum de 15 jours.


La campagne «sept jours dangereux » a enveloppé hier, avec des bilans plus élevés qu'il y a un an dans les trois grandes catégories: 380 décès, comparativement à 341 décès en 2015, 3,379 accidents de la circulation et 3,505 blessés.


L'augmentation du nombre d'accidents ne décourage pas le gouvernement, le Maj Gen Sansern a dit, ajoutant que toutes les mesures nécessaires avaient été prises pour éviter un bilan plus élevé.


Il a fait valoir que, depuis 2003, le nombre d'accidents de voiture par an a progressivement diminué, passant de 500-600 accidents à un peu plus de 300, en dépit de l'existence d'un plus grand nombre de voitures et une augmentation de Voyage de route maintenant.


« Par conséquent, nous pouvons dire que nos mesures ont réussi dans une certaine mesure», a déclaré le général de division Sansern. Il a ajouté que le Premier ministre Prayuth Chan-ocha a regretté chaque vie perdue dans des accidents de la route et a exhorté les autorités à poursuivre leurs travaux.


Selon le porte-parole du gouvernement, 30% des accidents en 2014 étaient dus à l'alcool au volant, contre 24% en 2015.


Pendant ce temps, l'Organisation mondiale de la Santé (WHO) agissant, représenté en Thaïlande par Nima Asgari, a dit que l'agence a reconnu l'amélioration progressive de la sécurité routière dans le pays.

La Thaïlande a été classé comme le pays avec le deuxième plus grand nombre d'accidents mortels de la circulation routière dans le «Rapport de situation sur la sécurité routière de 2015 ». La Libye est première.


Les Lois thaïlandaises ont imposé l'utilisation de casques et des ceintures de sécurité ainsi que la boisson interdite si on conduit, a-t-il dit. Cependant, le rapport de l'OMS a déclaré que la loi pour le port de la ceinture s'applique uniquement aux conducteurs et aux passagers des sièges avant, et non pas ceux de l'arrière.


"La Thaïlande a déjà de nombreuses politiques mises en place. Mais il y a certains qui ne respectent pas le niveau recommandé [de WHO] ", a déclaré le Dr Asgari.


Selon la loi thaïlandaise, la limite de vitesse dans les zones urbaines en Thaïlande est 80 km, a-t-il dit, ajoutant que la vitesse recommandée de limite par l'OMS est que 50km.


Un maximum de 0,05 gramme d'alcool par litre de sang est réglé pour les conducteurs autorisés à conduire légalement en Thaïlande. L'OMS recommande des niveaux d'alcoolémie qui doivent être fixés à un niveau inférieur pour les jeunes conducteurs novices, ce qui n'est pas encore dans la loi thaïlandaise.


Dr Asgari a souligné la situation inhabituelle en Thaïlande, où la majorité des victimes de la route impliquent des usagers de la route vulnérables - 73% sont des passagers ou des conducteurs de deux roues ou des motos à trois roues, 8% sont des piétons et 2% sont des cyclistes. Seulement 17% des accidents mortels de la route sont des conducteurs ou passagers de véhicules à quatre roues.


Ceci est en contraste avec la situation mondiale où les motocyclistes et les véhicules à quatre roues représentent 23% et 51% de tous les décès de la route respectivement.


Le Dr Asgari a dit l'application de la loi devrait être plus stricte, ce qui suggère la limite de vitesse doit être abaissée, les ceintures de sécurité doivent être obligatoires pour tous les véhicules, et les casques doivent être portés sur les vélos.


Changer la mentalité des gens est importante aussi. C'est «plus difficile mais plus durable» et aura un impact plus important sur le long terme, a-t-il dit.


article the Phuket News

Photo from - thephuketnews

Les dernières vidéos