Le journaliste de la BBC Jonathan Head au tribunal de Phuket pour son procès en diffamation

Actualités Phuket Thaïlande

Le journaliste de la BBC Jonathan Head au tribunal de Phuket pour son procès en diffamation
24 Août
01:57 2017

PHUKET : Le journaliste britannique de la BBC Jonathan Head s’est présenté au tribunal provincial de Phuket pour le début de son procès en diffamation intenté par un avocat après une enquête du journaliste au sujet d'étrangers escroqués en achetant une maison en

Thaïlande pour leur retraite.



M. Head, correspondant de la BBC dans le sud est asiatique, risque jusqu'à cinq ans de prison s’il est jugé coupable des faits qui lui sont reprochés.


Les associations de défense des droits disent que cette affaire démontre comment les lois thaies sur la diffamation et sur l’informatique anéantissent le journalisme d’investigation et rendent plus compliqué les révélations d’affaires dans le pays.


Les poursuites avaient débutées en 2015, quand dans un rapport M. Head détaillent comment deux retraités étrangers s'étaient fait ‘voler’ leurs propriétés de Phuket par un réseau de criminels et d’officiels corrompus.


Une des victimes, le britannique Ian Rance, est dans le camps de la défense dans cette affaire. Les deux plaident non coupable.


L’instigateur du procès est Pratuan Thanarak, un avocat local dont le nom apparaît dans le rapport remis a la BBC indiquant comment Rance a perdu $1.2 millions (environ B40 millions).


D'après ce rapport, M. Pratuan a admis qu’il certifierait la signature de Rance sans que sa présence soit requise, ce qui a permis a la femme du retraité a transférer toutes les propriétés a son nom.


Elle a par la suite été jugée et emprisonnée pour cette escroquerie.


Une copie de la plainte de M. Pratuan, que s‘est procurée l’AFP, indique que ce rapport de la BBC lui a été défavorable, il a été ‘diffamé, insulté et hais’.


M. Pratuan n’a pas souhaité s’exprimer sur cette affaire. Il a averti les photographes présents qu’il engagerait des poursuites contre ceux qui publiaient des images de lui.


Ni M. Head ni M. Rance ne se sont adressés aux journalistes.


Dans un précédemment communiqué la BBC déclarait “soutenir le journalisme” et “tout faire pour blanchir le nom de son correspondant”.


M. Rance et M. Head sont accusés de diffamation, et risquent deux ans de prison.


M. Head est aussi accusé, dans le cadre du Computer Crimes Act, qui interdit de publier de ‘fausses données’ en ligne, ce pour quoi il risque cinq ans de prison.


Contrairement a de nombreux pays dans lesquelles la diffamation est un délit, en Thaïlande c’est un crime.


Les citoyens peuvent engager des poursuites et n’ont pas d’obligation de payer les frais s'ils perdent.


D’autres affaires similaires font surface depuis quelques années.



Article original : AFP / The Phuket News


Photo from - Kritsada Muenhawong/AFP

Les dernières vidéos