Le cerveau derrière les exécutions de Krabi arrêté a Phuket

Actualités Phuket Thaïlande

Le cerveau derrière les exécutions de Krabi arrêté a Phuket Le cerveau derrière les exécutions de Krabi arrêté a Phuket
19 Juillet
11:06 2017

PHUKET : Le cerveau derrière les exécutions de huit personnes, dont trois enfants, dans une maison du district d’Ao Luek a Krai la semaine dernière, a été arrêté a Phuket.


Crime, Mort, Muerte, Violence, Transports, Terrain,




Dettes et menaces de mort comme se profilent comme mobile des assassinats, signale la police.


Le cerveau des assissanats a ete identifie, Surikfat Bannopwongsakul, 41 ans, residant a Phang Nga, et arrête ainsi que sept autres individus liés au massacre de la famille.


Les arrestations ont eu lieu une semaine après le massacre du 10 Juillet dans la maison du chef de village, Worayut Sanglang, 46 ans, a Baan Klang. M. Worayut, sa femme et leurs trois  filles faisaient partie des victimes. Trois autres personnes ont ete blessees.


Le cerveau presume de ce massacre, Surikfat Bannopwongsakul, 41 ans, a indique que ce massacre était une représaille a des dettes contractées par le chef de famille. Surikfat, qui gère une entreprise automobile et une entreprise d’emprunt immobilier a Krabi, et M. Worayut, étaient engagés dans une affaire financière a propos d’un emprunt pour un terrain, et avait a leurs passifs de nombreux échanges de menaces de mort.


Le jour du massacre, Surikfat prévoyait de faire passer les exécutions pour un excès de stress de M. Worayut au sujet de problemes financier, et qui aurait décidé de tuer toute sa famille  avant de retourner l’arme contre lui.


“Les assaillants ont essayé de faire croire que le chef de famille avait des problèmes financiers et familiaux et aurait décidé de tuer tout le monde” a indiqué le chef de la police nationale le général Chakthip Chaijinda lors d’une conférence de presse a Krabi.


Aucun des suspects n’a été présenté lors de cette conférence de presse.


Le chef de la police s’est rendu dans le sud afin de superviser en personne l'enquête et de convoquer les médias pour confirmer les arrestations.


Selon lui, les assaillants ont force M. Worayut a appelé un ami pour lui demander B500,000, pour rendre plus véridique l’histoire des problèmes financiers, alors que c’est bien une arme appartenant a M. Worayut qui a été utilisée pour les exécutions.


Le general Chakthip a precise que les autres suspects avaient divers rôles, et qu’ils avaient été engagés par Surikfat pour collecter les dettes. Ils étaient déjà venu dans cette maison a deux reprises pour récupérer l’argent.


Le general Chakthip a insisté sur le fait que les suspects sont des civils qui portaient des tenues de camouflage de l'armée afin de se faire passer pour des officiers de sécurité a la recherche de choses illégales.


Il a indiqué qu’il faudrait encore quelques jours a la police pour conclure l'enquête et transmettre leur rapport au tribunal.


“Selon l'enquête,Surikfat est le commanditaire et est le meurtrier. Je pense que les suspects encourent la peine de mort” dit il.


Le chef de la police nationale a indiqué que les mandats d'arrêt des suspects, actuellement détenus sous la Section 44, seront bientôt émis.


Selon le général Chakthip, deux autres personnes sont impliquées dans ce massacre, sans avoir été présentes dans la maison.


L’une de ces personne serait la petite amie de Surikfat qui aurait fourni les tenues de camouflage. Le général Chakthip n’a pas dévoilé son nom.


Selon une source proche de l'enquête, Surikfat aurait avoué être le commanditaire et avoir appuyé sur la gâchette. Trois mois avant l’assassinat, Surikfat avait essayé sans succès de kidnapper M. Worayut.


Les enquêteurs ont réalisés ces arrestations après avoir montré une photo de l’un des suspects a un témoin qui avait évoqué une affaire d’argent impliquant Surikfat.


Ils ont suivi cette piste et découvert que Surikfat possédait un véhicule similaire a celui utilisé le jour du massacre.


Les enquêteurs se sont concentrés sur lui lorsqu’il a agit comme s’il souhaiter se ‘planquer’.


Après l’arrestation, les suspects ont été conduits au camp du 15eme bataillon d’infanterie, dans le district de Khlong Thom, a Krabi, ou ils ont été interrogés. Surikfat a été arrêté a Phuket samedi. Les suspects ont ensuite été conduits a différents endroits pour que la police récolte des preuves qu’ils avaient enterrées après le massacre.


Après leurs arrestations, deux des huits suspects ont mené la police la ou ils avaient abandonné les armes et la carcasse calcinée du SUV du chef de village. Dans une maison du district Muang, a Phang Nga, la police a retrouvé des cartes SIM, des cartes mémoires, des menottes, des gants, cinq revolvers de calibre .38, un pistolet 9mm, un autre de calibre .357, des munitions et un AK-47 factice. La police a également retrouvé des canettes de café, des tenues de camouflage et des bouteilles d’eau vides.


La police a aussi retrouvé une Toyota Yaris incendiée dans le village de Baan Nai Ngop. la voiture appartenait a Worayut.


Les autorités ont également fouillé une maison du district Phra Phrom a Nakhon Sri Thammarat , saisi une voiture qu’elle a ramené a Krabi. Ce raid a été mené par le commandant de la division de lutte contre la criminalité le major general Suthin Sappuang.


D'après une source, les assaillants ont emprunté des directions distinctes après le massacre. L’un a pris la Toyota Yaris de la victime vers le district de Muang a Phang Nga ou il l’a incendiée.


Les autres se sont enfuis dans un Toyota Fortuner par l’autoroute Phetkasem et dans une Toyota Yaris blanche, en direction de Nakhon Sri Thammarat.


Le Fortuner a été retrouvé dans le district de Bang Khan et la Yaris blanche saisie par la police dans une maison du district de Phra Phom.


Dans la maison de Bang Khan, a Nakhon Sri Thammarat, les autorités ont trouvé quatre revolvers et un disque dur calciné qui contenait les images de vidéosurveillance de la maison.


La police pense être en mesure de récupérer certaines données contenues sur le disque dur.


Une autre équipe de police dirigée par le chef adjoint de la police nationale Chalermkiat Sirworakhan a inspecté une maison du district de Muang a Krabi qui appartiendrait a Surikfat.


La maison aurait été utilisée par les assaillants avant de se rendre chez M. Worayut, et après le massacre.   


Article original ici.



Article original : Bangkok Post / The Phuket News


Photo from - Royal Thai Police

Les dernières vidéos