La police de Phuket confirme 63 arrestations liées aux émeutes de Thalang

Actualités Phuket Thaïlande

La police de Phuket confirme 63 arrestations liées aux émeutes de Thalang
17 Novembre
12:18 2016

PHUKET : Un officier de la police de Thalang a confirmé à The Phuket News que 63 personnes en lien avec les émeutes de qui ont touché Thalang l’an dernier avaient été arrêtées. 23 suspects sont toujours recherchés.

Crime, Police, Drogue, Violence, Transports,

Lors d’une interview accordée a The Phuket News hier, le chef de la police de Thalang le colonel Somphong Thiparpakul a indiqué que 63 suspects recherchés suites aux émeutes d’Octobre l’an dernier a Thalang ont été arrêtés.

Une demi-douzaine d’officier de police avaient été soignés pour des blessures reçues et une vingtaine de voitures avaient été vandalisées par des émeutiers en colère qui avaient encerclé le poste de police de Thalang en représailles après la mort de deux adolescents le 15 Octobre l’an dernier.

Au cours de cet entretien, le colonel Somphong a expliqué “86 mandats d’arrêt ont été émis pour les suspects impliqués dans ces émeutes. A ce jour, nous en avons arrêté 63. La plupart a été arrêtée sur des mandats autres, émis pour des faits liés a la drogue. Leur dossier a été transmis au bureau du procureur de Phuket”

Le colonel Somphong indique que les personnes arrêtées sont en liberté sous caution, incarcérées à la prison provinciale de Phuket ou au département d’observation et de protection des mineurs de Phuket (DJOP).

“La plupart de ces suspects avaient déjà été arrêtés auparavant pour des faits de drogues donc nous avons déjà des dossiers les concernant.

“Cependant, nous pensons que les 23 suspects toujours recherchés ont déjà quitté l’ile pour d’autres provinces. Nous avons communiqué les informations aux polices des autres provinces pour qu’ils restent vigilants quant à ces suspects recherchés et les arrêtent le cas échéant” dit le colonel Somphong.

“Je peux vous assurer que nous n’avons pas négligé cette affaire. La population pense que nous n’avons arrêté personne car des suspects ne sont pas en prison. Notre travail est de les arrêter tous et de transmettre le dossier au procureur.

“Si certains suspects sont toujours en liberté, c’est parce que leurs familles ou les responsables de leur communauté ont payé leur caution, et nous ne pouvons rien faire contre cela” ajoute-t-il.

Un post publié sur la page Facebook de Wipaporn Tawongsri le 10 Novembre concernant l’un de ces suspects, M. Uthai Suklien, que la famille pense être un bouc émissaire dans cette affaire, indique que M. Uthai n’était pas impliqué dans ces émeutes et que la police de Thalang a confié que les enregistrements de vidéosurveillance ont confirmé que l’homme aux tatouages n’était pas M. Uthai.

Le post indique également que M. Uthai a vu un mandat d’arrêt émis a son nom et que sa famille a dû payer une caution de 500,000 baths. Le message continue disant que sa famille est pauvre et se demande comment sa famille a pu trouver autant d’argent pour le faire libérer.

En réponse à cela, le colonel Somphong nous dit “Les plupart des suspects arrêtés dans le cadre de cette affaire auraient nier leur implication même si nous avions les preuves les plus implacables contre eux. En ce qui concerne M. Uthai, il était sur la liste des suspects recherchés et je pense que les enquêteurs disposent de suffisamment de preuves pour le placer sur cette liste. Je ne crois pas que ce soit une erreur.

“Par ailleurs, le suspect filmé par les caméras de vidéosurveillance lui ressemble parfaitement, mais est tatoué. Maintenant les gens disent que M. Uthai n’a aucun tatouage donc il ne peut pas être la personne filmée par les caméras. Maintenant il est possible de retirer des tatouages, certains ont même des tatouages éphémères. On ne peut donc jamais savoir.

“Toutefois, cette affaire est entre les mains du procureur maintenant et c’est à lui de décider. Tout ce que nous faisons est fait ans le respect des lois” dit-il.

“Ce n’est plus sous notre responsabilité une fois que les arrestations sont réalisées et les dossiers transmis au procureur. Si le procureur ne veut pas instruire l’affaire pour manque de preuves alors l’affaire s’arrêtera là.

“Que les suspects, y compris M. Uthai, soient coupables ou non est du ressort de la cour, et elle prendra sa décision en se référant aux preuves fournies” ajoute-t-il.


Article original : Supatra Sutham / The Phuket News

Photo from - Supatra Sutham

Les dernières vidéos