La police de Patong brandit le Computer Crime Act pour des diffamations

Actualités Phuket Thaïlande

La police de Patong brandit le Computer Crime Act pour des diffamations La police de Patong brandit le Computer Crime Act pour des diffamationsLa police de Patong brandit le Computer Crime Act pour des diffamationsLa police de Patong brandit le Computer Crime Act pour des diffamationsLa police de Patong brandit le Computer Crime Act pour des diffamations
11 Août
21:45 2017

PHUKET : La police de Patong pense faire appel au Computer Crime Act contre un homme violemment battu dans une bagarre de bande a Patong, après qu’il ait récemment accusé, via Facebook, la police de ne pas remplir son devoir.


Patong, Police, Violence, Crime,




L’incident a été connu mercredi, quand des videos du combat, postées par “Jeen Zosmilez” (Son identité n’est pas dévoilée) sont devenues virales.


La publication comprenait une vidéo montrant de jeunes thaïs dans un commissariat et des photos d’un autre thai alité a l'hôpital et blessé au visage et a la tête.


La publication ne précisait pas quand s’était déroulé la bagarre, bien qu’il apparaisse qu’elle remonte a plus d’un an.


“Mes amis m’ont emmené avec eux pour les rencontrer. Je ne voulais pas y aller. J’ai été forcé a me battre. Je ne voulais pas le faire. J’ai eu plus de 100 points de suture a la tete. Ils ont enregistré la bagarre et l’ont publiée sur Facebook, pour s’amuser. J’ai failli mourir” disait “Jeen Zosmilez” dans son message.


Cependant, “Jeen Zosmilez” a accusé la police de n’avoir pas rempli son devoir indiquent qu’un des agresseurs a menti a la police sur son âge et a été relâché car il était trop jeune.


“Il n’a pas été convoqué au tribunal. Des gens l'ont vu a Patong, mais il a été relâché. Est ce que ce genre d‘affaires’ est fait pour tuer? La police m’a dit que j’avais 16 ans après avoir consulté ma carte d'identité. Meme eux ne pouvaient pas présumer de mon age. J’ai 19 ans, pas 16. Lui aussi avait 19 ans, mais il a menti a la police disant qu’il avait 16 ans et ils l’ont cru”


“Jeen Zosmilez” a aussi accusé la police d’avoir laisser partir un des agresseurs.


“La police m’a dit de les laisser faire leur travail. J’ai attendu un an avant de les voir en prison. Quand je demandais a la police il me disaient toujours d’attendre. J‘ai attendu pour aller au tribunal. Maintenant il s’est échappé. Si quelqu’un l'aperçoit, s’il vous plaît dites le moi” ajoutait il dans son message.


“J’ai rassemblé toutes les preuves, même des certificats médicaux. Ma mère a signalé tout cela a la police après l'accident. Je ne comprends pas pourquoi la police nous a arrêté tous les deux. J’ai transmis les preuves. J’ai failli mourir, et la police le laisse partir. Comment travaille la police, je n’en ai aucune idée.


“Au départ la police me demandais de rester calme. Quand je restais calme, rien n'avançait. J’ai arrêté d'espérer après la police de Patong. Ils m’ont dit de le publier sur Facebook. Maintenant je ne peux plus attendre plus. Partagez svp”


Le chef adjoint de la police de Patong le lieutenant colonel Somsak Thongklieng a répondu publiquement au sujet de cet incident.

“Nous avons pris des mesures contre les deux partis impliqués.


Maintenant l’affaire et entre les mains du tribunal. Nous n’avons pas fait traîner cette affaire. Celui qui a publié ca ne doit pas connaître la loi” a répondu le colonel Somsak aux journalistes.


“Nous avons discuté au sujet de l’auteur de cette publication. Cela peut être une infraction au Computer Crime Act, car ce que cette personne publie n’est pas vrai. Cette publication nuit a l’image de la police. Tous ces éléments ont été présentés a la police de Patong qui envisagera des poursuites” dit il.



Article original : Eakkapop Thongtub / The Phuket News


Photo from - Jeen Zosmilez / Facebook

Les dernières vidéos