L’autopsie menée suite au suicide de l’ancien directeur du cadastre révèle des blessures

Actualités Phuket Thaïlande

L’autopsie menée suite au suicide de l’ancien directeur du cadastre révèle des blessures
02 Septembre
16:41 2016

PHUKET : Les médecins légistes ont pratiqué une autopsie concluant qu’une hémorragie interne de l’estomac, le foie éclaté et la suffocation sont les causes du décès de l’ancien directeur du cadastre du Phuket, alors que le rapport indiquait qu’il avait retrouve pendu avec ses chaussettes pendant sa garde à vue auprès du DSI.

Crime, Mort, Police, Corruption

L’institut de médecine légale de la police a rendu les conclusions de l’autopsie de Thawatchai Anukul, 66 ans, ancien directeur des bureaux de cadastre de Phuket et Phang Nga.

Le jeune frère de Thawatchai, M. Chainarong nous a informé que les résultats de l’autopsie indiquaient une rupture du foie, due à un contact violent avec un objet contendant.

Le chef du DSI, Paisit Wongmuang précise que le docteur qui s’est charge du suspect alors devait indiquer sic et éclatement du foie fait suite à la tentative de réanimation cardio-pulmonaire opérée par les officiels qui ont tee de le réanimer. 

Thawatchai était implique dans de nombreux scandales de fraude foncière à Phuket et Phang Nga. Il avait été arrêté lundi 29 Aout pour attribution frauduleuse de faux titres de propriété pour plus de 1,000 terrains et une valeur supérieure a 10 milliards de baths dans les deux provinces du sud. 

Les responsables du Département Spécial d’Investigation (DSI) ont réagi très rapidement, précisant qu’aucun mauvais traitement n’avait eu lieu et suggérant que Thawatchai s’était suicide.

Il laissait transparaitre de signes de stress, compréhensibles étant donne qu’il allait devoir faire face à la justice pour des charges relevant de fraude foncière, dont les enquêtes étaient menées par le bureau anti-blanchiment et la commission nationale anti-corruption.

Thawatchai était en détention dans une cellule du 6eme étage du quartier général du DSI après son interrogatoire qui a pris fin à 15h45 lundi. 

Il avait été retrouvé adosse à la porte dans une position ‘semi assise’, ses chaussettes entourées autour de son cou et attachées a la poignée de la porte, selon l’adjoint au chef du DSI, Songsak Raksaksakun.

Il était toujours en vie. Les officiels ont pratiqué un massage cardiaque sans parvenir à le réanimer avant son transfert à l’hôpital Mongkutwattana. Thawatchai a été declare mort a 4h45.

M. Chainarong, qui s’est rendu à l’hôpital pour récupérer le corps de Thawatchai, explique que sa famille ne soupçonne personne. 

Cependant, il souhaitait obtenir une explication des officiels du DSI quant à savoir pourquoi un des gardiens de cellule avait annoncé précédemment que Thawatchai avait déchiré sa chemise et s’en était servi pour se suicide, alors que le chef de l’unité de détention, Chayapol Warncha-aim a dit qu’il avait utilisé ses chaussettes. 

La famille du défunt a demandé à visionner les enregistrements de vidéo surveillance mais a été prévenue qu’aucune camera n’était installée dans cette partie du bâtiment.

Plus tard, le colonel Songsak a réaffirmé que le suspect s’était servi de ses chaussettes pour se ‘pendre’ et n’avait pas été passe à tabac. L’autopsie a seulement montre des hématomes sur son cou et aucun signe de traumatisme sur le corps. 

Ses proches étaient présents lors de l’interrogatoire et ont été averti immédiatement après que Thawatchai fut retrouve les chaussettes autour du cou. 

Le Col Songsak avait dit plus tôt qu’il n’y avait aucune caméra de surveillance dans cette pièce et que le suspect était autorisé à porter des chaussettes car’ la climatisation rendait la pièce fraiche pendant la nuit’.

Le Col Songsak a aussi rejeté tout net les rumeurs selon lesquelles Thawatchai aurait été ‘contraint au silence’ et que l’assassinat aurait été commandite par des personnages influents en lien avec les fraudes relatées, en ajoutant qu’il ’y avait aucune preuve. 

“Une enquête a été lance pour déterminer si un official pourrait être lié à cet affaire” ajoute-t-il.

Le Col Paisit explique que les enregistrements de vidéo surveillance seraient vérifiés pour déterminer si quelqu’un est entre et sorti de la pièce avant que le suspect ait été retrouve.

 

Article original: Bangkok Post.

Photo from - Tawatchai Kemgumnerd

Les dernières vidéos