L'AEC doit lutter contre la traite humaine, la contrebande

Actualités Phuket Thaïlande

L'AEC doit lutter contre la traite humaine, la contrebande
11 Mai
11:33 2015

La découverte d'un charnier (tombe contenant plusieurs corps humains) de dizaines de migrants en provenance du Myanmar et le Bangladesh à Sadao District de Songkhla, à la frontière avec la Malaisie, cette semaine crie, Urgence pour le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO), d'utiliser ses pouvoirs extraordinaires, pour tourner la marée contre le trafic humain, dans la Thaïlande. 


L'ordre par le Premier ministre le Gen Prayut Chan-o-cha, de traduire en justice, les fonctionnaires qui étaient au courant des activités illégales, dans le camp de détention, doivent être appliquées. 


Les responsables doivent être jugés coupables, et doivent faire face à la justice ,en pleine vertu de la loi.


Toute action moins exigeante, serait seulement une moquerie de l'Assemblée législative nationale (ALN) de vote, d'il y a seulement six semaines d'introduire la réclusion à perpétuité et la peine de mort dans les cas des trafiquants d'humains » où les victimes seraient mortes. 


La découverte du charnier, dans un centre de détention, à distance de quelques centaines de mètres de la frontière, est juste la dernière indication, à grande échelle, du passage de clandestins et la traite, à travers le sud de la Thaïlande. 


Les défenseurs des droits de l'homme font une distinction entre «trafic d'êtres humains", qui a lieu avec le consentement des immigrants illégaux impliqués, et le crime plus grave de la "traite des êtres humains», les cas dans lesquels l'intimidation, la coercition, la tromperie ou la force contre des victimes a lieu. 


Par tous les comptes, cette dernière atrocité, est pleinement qualifié de dernière. 


Sauf nouveau report, les termes de la (AEC) Accord Communauté économique de l'Asean, sont définis pour prendre effet, à la fin de cette année. Cependant, les événements sur le terrain continuent de se moquer du bloc régional d'employer "une coopération accrue dans le développement des ressources humaines", pour réaliser l'intégration économique régionale, et de créer un marché unique, avec une compétitivité accrue mondiale. 


La triste vérité est, que le mandat de la charte de l'Asean, de non-ingérence dans les affaires intérieures d'un État membre, fournit juste, le bon environnement pour la traite des êtres humains transfrontaliers, des personnes apatrides tels que, Rohingya de prospérer dans la région. 


Le Plan du directeur de l'AEC, rédigé en 2008, décrit en détail comment le bloc de « une Vision, une identité, une communauté » que les objectifs passeront par une circulation plus libre des marchandises, des services, de l'investissement en capital et du travail, mais que seulement les travailleurs qualifiés, ont besoin de les appliquer 


Absent du document de 59 pages, sont des termes tels que «droits d'humains» et «traffic d'humain », indiquant peut-être par leur absence, que le véritable avantage concurrentiel de la région, restera des coûts très bon marché pour de la main-d'œuvre non qualifiée, et la pérennité de ce qui revient essentiellement à une forme d'esclavage moderne, aujourd'hui. 


Les victimes de la traite des êtres humains, sont rarement limités à des groupes ethniques, tels que les Rohingyas. Phuket abrite à elle seule un nombre incalculable d'immigré clandestin apatrides, dont beaucoup né sur l'île, de travailleurs illégaux. 


Beaucoup de ces gens sont venus clandestinement sur ​​l'île, livré de la même manière que le 2008 « camion de la mort »qui a laissé 54 ressortissants du Myanmar morts de suffocation dans un conteneur, de fruits de mer, à destination de Phuket. 


Sur les 121 personnes qui ont été trouvé dans le conteneur scellé, de Ranong, 17 hommes, 36 femmes et un fille de 8 ans, ont été retrouvés morts, il y a quelques temps. 


Ceux qui ont survécu de la livraison à Phuket, sont maintenant souvent à l'aise, parlent couramment le thaï et leurs enfants ont connu une autre maison, mais ils existent en tant que partie d'un grand, et de plus en plus de personnes défavorisées apatrides, dans toute la région de l'ASEAN. 


Ces personnes n'ont aucun accès vers l'éducation, aux soins médicaux de base et les droits de l'homme les plus fondamentaux que la plupart d'entre nous prise pour être accordé. 


Le pire de tout, ils sont également des cibles primaires de trafiquants d'êtres humains, qui cherchent invariablement les plus démunis et les plus vulnérables à exploiter. 


La Thaïlande doit travailler avec ses partenaires de l'ASEAN, pour contrer cette menace pour la stabilité régionale et non pas se concentrer seulement, sur ​​les plans de développement économique de la tour d'ivoire, qui fera que les élites les plus riches de la région seront encore plus riches. 



article Phuket Gazette du 10 mai

Photo from - phuket gazette

Les dernières vidéos