‘Une Table pour Deux’: L’armée veut un rendez-vous avec MaAnn au restaurant de la plage

Actualités Phuket Thaïlande

‘Une Table pour Deux’: L’armée veut un rendez-vous avec MaAnn au restaurant de la plage ‘Une Table pour Deux’: L’armée veut un rendez-vous avec MaAnn au restaurant de la plage‘Une Table pour Deux’: L’armée veut un rendez-vous avec MaAnn au restaurant de la plage‘Une Table pour Deux’: L’armée veut un rendez-vous avec MaAnn au restaurant de la plage‘Une Table pour Deux’: L’armée veut un rendez-vous avec MaAnn au restaurant de la plage
16 Mars
11:35 2017

PHUKET : Le commandant de l’unité de l’armée royale thaïe stationné à Phuket veut rencontrer MaAnn Samran, le chef de l’organisation administrative de Cherng Talay (OrBorTor) afin de comprendre pourquoi un restaurant de plage a été autorisé à placer des tables sur le sable de Bang Tao Beach.

Tourisme, Armée, Crime, Corruption, Economie, Mer,

Le général Santi Sakuntanak, commandant du 25ème régiment d’infanterie et officier le plus haut grade stationné à Phuket, a déclaré à The Phuket News qu’il souhaitait rencontrer M. MaAnn après avoir mené une inspection de Bang Tao Beach lundi dernier.

“Je veux m’entretenir avec l’officiel responsable de Cherng Talay au sujet d’un restaurant qui a installé des tables sur la plage … Il est parfaitement au courant mais il n’a rien fait pour que ça cesse ni pour arrêter ces personnes. Bang Tao Beach est l’une des neufs plages concernées par la politique de ‘gestion des plages’” a précisé le général Santi.

“J’ai demandé au Palad (responsable administratif de l’OrBorTor de Cherng Talay) d’informer son chef qu’il doit venir me voir pour que nous discutions.

“Je veux comprendre ce qu’il veut et ce que les entreprises veulent faire sur cette plage. Je veux qu’ils me donnent leurs conclusions. Je transmettrai ce rapport à l’armée et au comité provincial de gestion des plages de Phuket ” dit le général Santi.

M. MaAnn se retrouve sous pression depuis lundi après que des vendeurs aient déposé une réclamation demandant le rétablissement de la ‘zone des 10%’ et l’autorisation de pouvoir travailler sur Surin Beach, également dans le secteur géographique géré par M. MaAnn.

“Je connais et je comprends ces gens. Si le comité provincial de gestion des plages de Phuket l’autorise, il n’y aura pas de problèmes” avait-il répondu à ces vendeurs lundi dernier.

Interrogé si l’armée autorisera les chaises longues et les parasols sur Surin Beach, le général Santi a répondu à The Phuket News “A mon avis, Surin Beach devrait rester vierge en l’honneur du Roi, la plage ayant déjà été appelée à rester en l’état en l’honneur de Sa Majesté.

“Je comprends les demandes d’autorisation égales à celles des autres plages, mais le comité provincial de gestion des plages de Phuket n’a sélectionné que neuf plages sur lesquelles seront ré autorisées les ‘zones des 10%’ –Surin Beach n’en a jamais fait partie” indique le général Santi.

“Si le comité de gestion des plages considère autoriser une ‘zone des 10%’ à Surin Beach, ils devront le faire avec précaution, car ils savent que Surin Beach est une plage Royale” ajoute-t-il.

Concernant Laem Singh Beach et une précédente protestation lundi des ‘vendeurs locaux’ contre un ‘barrage’ mis en place et les empêchant d’accéder à la plage, le général Santi a signalé ”Je suis au courant. Nous avons demandé au bureau des autoroutes de Phuket de bloquer l’accès en amont. Je ne veux pas que des gens ou des touristes se garer là-bas.

“Les chaises longues ne sont pas autorisées sur Laem Singh Beach, ayant été décrétée ‘plage vierge’ dans le cadre de la première politique de gestion des plages.

“Nous savons que les gens doivent payer pour traverser le terrain accédant à la plage, et nous avons commencé à enquêter sur ce point début Mars.

“Je crois que l’entrée coute 200 baths par personne, pour accéder à une plage publique. Personne ne devrait avoir à payer pour ça” a-t-il dit.

“Par ailleurs, une entreprise privée réclame le terrain comme sien. J’en doute et ai demandé au cadastre de vérifier ces allégations.

Le général Santi a aussi indiqué “Je ne veux pas imposer aux gens par la force de l’armée. Je préfère que le bureau maritime, le bureau du cadastre et les organisations administratives locales s’impliquent pour résoudre ces problèmes, et nous travaillons là-dessus avec les officiels.

“Ne vous en faites pas, je tenterai de résoudre ces problèmes aussi vite que possible” dit-il.


Article original : The Phuket News

Photo from - Royal Thai Army

Les dernières vidéos