Les soeurs canadiennes sur Phi Phi sont très probablement mortes de tueur de punaise

Actualités Phuket Thaïlande

Les soeurs canadiennes sur Phi Phi sont très probablement mortes de tueur de punaise
08 Mars
13:37 2015

QUÉBEC: Deux soeurs canadiennes qui ont été retrouvées mortes dans leur  la chambre d'hôtel de l'Île de Phi Phi en 2012, ont été probablement tuées par phosphine, un produit chimique mortel qui a l'habitude de tuer des punaises, a dit un médecin légiste canadien .

 Audrey (à gauche) et Noemi Bélanger étaient sur la dernière étape d'une tournée d'un mois en Asie de l'Est quand elles sont mortes sur Koh Phi Phi en Juin 2012.

La Phosphine est officiellement interdite dans les hôtels thaïlandais, mais est probablement utilisé illicitement pour la fumigation, le Dr Renée Roussel a été cité par le journal Postal national à Toronto.

Bien 20 morts touristiques depuis 2009 partout dans l'Asie du Sud-Est, beaucoup d'entre eux en Thaïlande, peuvent être liées avec le produit chimique, elle a dit.

Phosphine est une des rares substances qui peut tuer et laisser peu de traces dans l'environnement ou dans le corps, selon le rapport du médecin légiste.

Les autopsies ont trouvé des lésions sur le cerveau causées par un manque grave de l'oxygène, ce qui est cohérent avec l'empoisonnement par phosphine.

"Phosphine est un pesticide qui tue tout ce qui vit et tout ce qui respire," indique le rapport, ajoutant que le produit chimique n'est pas cher et largement disponible. «La science ne nous permet pas de confirmer la cause de la mort, sans aucun doute. Peut-être un jour cela pourra ".

La conclusion du médecin légiste Basé à Montréal, publié la semaine dernière, contredit celui d'une autopsie thaïe réalisée en juin 2012 sur les corps d'Audrey et de Noémi Bélanger de Pohénégamook, au Québec. Cette découverte a identifié le répulsif anti-insectes "Deet", comme la cause probable de mort.

Les autopsies thaïes, conduites à Bangkok, ont suggéré que les soeurs soient mortes après avoir bu d'un cocktail populaire avec la foule d'une fête, dans l'île du méridionale. Servi dans des seaux en plastique, les boissons contiennent des traces de,  Deet,  sirop pour la toux, cola,  et  de kratom narcotique.

Audrey, 20 ans, et Noemi, 25 ans, sont tombés malades après leur première nuit sur l'île Phi Phi le 13 Juin 2012 et n'ont pas été revus jusqu'à ce qu'une femme de chambre de l'Hôtel de Phi Phi Palms, ait trouvé leurs corps sans vie dans leur chambre, deux jours plus tard.

Le Dr Roussel a dit, qu'elle a constaté que les niveaux de Deet dans le système sanguin des victimes n'étaient pas toxiques. L'analyse toxicologique exhaustive exécutée à Montréal n'a aussi remonté aucune preuve que du kratom avait été consommé.

L'examen de laboratoire fait pour plus de 800 médicaments(drogues), des métaux et des produits chimiques n'ont rien trouvé, sauf de faibles niveaux de Deet, en accord, avec la quantité qui serait trouvée sur la peau de quelqu'un utilisant le répulsif et un  médicament antipaludique que les soeurs prenaient.

Le médecin légiste canadien a rapporté que 20 touristes occidentaux, principalement des femmes, sont morts dans l'Asie du Sud-Est dans des circonstances semblables aux soeurs Belanger, depuis 2009, et on considère la phosphine comme une cause probable. Un norvégien et un Américain sont morts sur Phi Phi en 2009.

Les quatre morts de Phi Phi ont des ressemblances à une série de morts à Chiang Mai, la plupart du temps au Downtown Inn, un hôtel qui a depuis été démoli et deux morts au Vietnam.

Un couple britannique, un jeune Néo-Zélandais et un guide touristique thaï sont morts dans des circonstances toujours en grande partie non expliquées dans Chiang Mai.

Les agents "US Federal Bureau of Investigation", qui se est penché sur les décès inexpliqués impliquant des touristes occidentaux, se sont rendus à Ottawa en 2013 pour aider à l'enquête Belanger et ils ont aussi cru aussi  que la phosphine était responsable,  a dit le Dr Roussel.

Son rapport demande aux autorités de santé publique du Québec d'informer les voyageurs du danger mortel posé par certains pesticides et d'offrir des conseils sur la façon de détecter les symptômes d'intoxication et de la traiter avant qu'il ne soit trop tard.

Pour les parents des soeurs, les nouveaux résultats ont fourni un petite  réconfort. Depuis plus de deux ans, ils ont vécu non seulement avec la perte de leurs filles, mais aussi la suggestion que les femmes avaient été imprudentes.

«Je suis fier de mes filles", a déclaré le père Carl Bélanger à Radio-Canada après que le rapport du médecin légiste a été libéré. "S'il y avait eu le moindre soupçon d'une overdose que la Thaïlande aurait souligné, ils ont. Mais ils n'étaient pas en mesure de le prouver. ... Nous savions que nos filles n'étaient pas des usagers de drogues ".

article the Phuket News tiré de Bangkok Post

Photo from - thephuketnews

Les dernières vidéos