Les passagers à l’arrière des pickups sont ‘encore un peu’ autorisés, la ceinture n’est pas obligatoire dans les tuk-tuks

Actualités Phuket Thaïlande

Les passagers à l’arrière des pickups sont ‘encore un peu’ autorisés, la ceinture n’est p
07 Avril
10:32 2017

PHUKET : Alors que les autorités de Bangkok débattaient cette semaine si oui ou non des passagers peuvent s’installer à l’arrière des pickups – pratique courante dans toute la Thaïlande – le chef du bureau des transports de Phuket (PLTO) a confirmé à The Phuket News qu’il était pleinement légal de voyager à l’arrière d’un pickup.

Transports, Accidents, Police,

“Les passagers sont autorisés à s’installer à l’arrière des pickups” a indiqué le chef du PLTO Banyat Kantha à The Phuket News.

“La Section 21 du Vehicle Act B.E. 2522 (1979) a été amendée en 2003 pour que les véhicules privés, comme les pickups – dont le poids ne dépasse pas 1,600 kilogrammes – peuvent être utilisé comme des voitures privées et sont autorisées à transporter plus de sept passagers” explique-t-il.

“Les familles en Thaïlande, depuis longtemps, ont utilisé les pickups comme véhicules familiaux privés. On les utilise essentiellement pour transporter tous les membres des familles nombreuses” ajoute-t-il.

Concernant la nouvelle loi imposant à tous les passagers d’attacher leur ceinture de sécurité, mise en application hier, le chef Banyat a signalé “les passagers utilisant les transports publics comme les tuk-tuks et les songthaew (camions ou pickups transformés pour transporter des passagers) n’imposent pas le port de la ceinture de sécurité car ces véhicules ne disposent pas de ceintures installées pour les passagers arrière.

“Les conducteurs et les passagers avant, dans ces véhicules, doivent cependant porter leur ceinture de sécurité” explique le chef Banyat.

Toutefois, savoir si des passagers pourront continuer à s’installer à l’arrière des pickups à l’avenir n’est pas encore certain.

Hier, le gouvernement a fait marche arrière sur une de ses nouvelles règles interdisant les gens de voyager ‘dans la benne’ ou ‘sur le plateau’ des pickups ou camions, après une flopée de critiques de la population.

L’interdiction avait été annoncée mardi.

Cette règle sera appliquée seulement après Songkran, disent-ils maintenant, signale le Bangkok Post.

Le chef adjoint de la police nationale le général de police Detnarong Sutthichanbancha a indiqué que le gouvernement avait décidé d’offrir un sursis et de décider une date précise pour commencer à appliquer la nouvelle règle interdisant les passagers à l’arrière des pickups.

Pendant les vacances de Songkran, les officiers avertiront verbalement les passagers installés à l’arrière des pickups, dit-il.

Les gens peuvent continuer à s’asseoir à l’arrière des pickups et le gouvernement n’a pas défini de nombre de passagers maximum, ajoute le général Detnarong.

Mais il a insisté sur le fait que la police appliquera la loi imposant le port de la ceinture de sécurité dans les véhicules de transports publics tels que les vans.

Un officier de Chumphon est sous le coup d’une enquête après avoir posté sur Facebook un message critiquant cette mesure controversée, signale le Bangkok Post.

Le lieutenant-colonel Akarat Hoongnam, inspecteur de la police de Salui, dans le district de Tha Sae à Chumpon, a dit que cette loi ne devrait pas poser de problèmes aux gens et qu’il serait important de la faire appliquer pour toutes les classes sociales.

“Si les populations aisées ou les riches décident ces lois, ils ne se soucieront pas du poids qu’elles peuvent avoir sur les populations pauvres” dit-il.

Au lieu d’interdire de monter à l’arrière des pickups, il faudrait mieux réellement appliquer les lois sur les excès de vitesse, dit-il.

Toutefois, le chef de la police de Chumphon Sonthichai Awathanakulthep a demandé au colonel Akarat d’expliquer ses actes, rapporte le commandant adjoint de la police de Chumphon Wimol Phitakburapha.

Le colonel Wimol a indiqué que s’il est décidé qu’il a fauté, un comité sera réuni pour décider de mesures disciplinaires contre lui.

Il a signalé que la police a le devoir de faire respecter les lois selon les politiques gouvernementales, et de les soutenir sans s’y opposer.

Ailleurs, une publication Facebook postée par un officier localisé dans l’extrême sud s’est plaint que les personnes décidant de telles lois sont ceux qui passent leur temps dans des bureaux climatisés et qu’ils ne se soucient pas des pauvres.

“Comment 10 personnes peuvent-elles aller au travail toutes ensembles à l’avant d’un véhicule? Comment pouvons-nous [la police] lutter contre les criminels qui nous tirent dessus?” dit-il, faisant référence au fait que la police aussi s’installe à l’arrière des pickups.

Après l’annonce de l’interdiction, plus de 100 personnes avaient été arrêtées en moins de 2 heures mercredi dans le district de Khon Kaen, après que la police avait installé un checkpoint.

Les personnes en infractions ont été verbalisées d’amendes de 200 baths chacun. Cela comprend les personnes n’ayant pas attaché leurs ceintures de sécurité et les personnes installées à l’arrière de pickups.

Le chef de la police de Khon Kaen Noppadol Petsut a indiqué que ces amendes n’étaient pas élevées et que des efforts avaient été faits pour informer les conducteurs. Certains n’ont reçu que des avertissements verbaux.

Bandit Donnang, un conducteur de pickup de 65 ans, avait été arrêté et verbalisé 200 baths pour transporter ses proches à l’arrière de son pickup. Ils se rendaient à une cérémonie religieuse.

Il a indiqué que même s’il est d’accord avec les nouvelles directions que prend la sécurité routière, il voudrait que les autorités assouplissent cette mesure.

“Les gens dans les secteurs ruraux n’ont pas assez d’argent pour payer des transports publics donc ils voyagent tous ensemble à l’arrière des pickups, en groupe, pour économiser sur les couts de transport” dit M. Bandit.


Article original : Shela Riva / The Phuket News

Photo from - The Phuket News / file

Les dernières vidéos