Le chef de l'U.N soutient une rencontre en ce qui concerne les Rohingyas

Actualités Phuket Thaïlande

Le chef de l'U.N soutient une rencontre en ce qui concerne les Rohingyas
18 Mai
11:17 2015

Le Secrétaire général Ban Ki-moon, a exprimé son soutien pour le plan de la Thaïlande, à organiser une réunion régionale à Bangkok le 29 mai, pour régler le problème de la migration de Rohingyas.


Au cours d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre Prayut Chan-o-chan, hier (17 mai), M. Ban a salué la réunion comme une initiative importante pour rechercher la coopération internationale, afin de résoudre la crise croissante, un membre de l'équipe de porte-parole du gouvernement, le Maj Gen Weerachon Sukhontapatipak , a déclaré.


M. Ban a déclaré qu'on doit accorder les migrants Rohingyas  à la dignité humaine et aux droits fondamentaux qu'ils méritent.


Les hauts fonctionnaires de 15 pays, dont l'Indonésie, la Malaisie, le Bangladesh, l'Australie, les États-Unis, ainsi que les organisations internationales, sont susceptibles d'assister à la réunion d'une journée. Myanmar a dit qu'il peut ne pas y assister.


Le Gen Prayut a dit à M. Ban, qu'il était également préoccupé par la crise des migrants Rohingyas, et a indiqué que les autorités surveillent la situation de près.


Le Gen Prayut a dit que le gouvernement a réalisé l'urgence pour résoudre le problème, et a souligné que les pays de la région et les organisations internationales doivent travailler ensemble pour trouver des solutions. Il a dit que les Nations Unies doivent également jouer un rôle majeur dans la coordination des efforts internationaux pour résoudre le problème.


Il a exhorté l'ONU à se concentrer sur la lutte contre la pauvreté, qui est l'un des principaux facteurs qui expliquent l'exode continu de la minorité musulmane ethnique de l'état de Rakhine, au Myanmar, et de trouver des moyens d'améliorer leur qualité de vie afin qu'ils puissent jouir de leurs droits fondamentaux, le Maj Gen Weerachon a dit.


Le Gen Prayut a déclaré que la réunion régionale sera un forum pour tous les pays concernés pour partager leurs points de vue. Il attend de la réunion de montrer l'unité et de responsabilité envers les autres êtres humains de pays de l'ASEAN.


Le premier ministre a dit la Thaïlande a traité des migrants Rohingyas basés sur des principes humanitaires et de droits humains, selon le Maj Gen Weerachon.


Le porte-parole adjoint du gouvernement, le Maj Gen Sansern Kaewkamnerd, a déclaré hier tous les Rohingyas entrant en Thaïlande sont considérés comme des migrants illégaux, en vertu de la loi thaïlandaise, bien que le pays est prêt à leur fournir une assistance humanitaire.


Les autorités navales ont intensifié les patrouilles maritimes, pour surveiller les navires de migrants Rohingyas, dans les eaux thaïlandaises et leur fournir de la nourriture et de l'eau potable, et de réparer leurs navires afin qu'ils puissent poursuivre leur voyage vers leur destination, le Maj Gen Sansern a dit.


Il a dit que le gouvernement a réprimé les réseaux impliqués dans le trafic de Rohingya, et de les empêcher d'utiliser la Thaïlande comme une voie de transit pour la traite des personnes.


Sunai Phasuk, un représentant de Human Rights Watch en Thaïlande, a déclaré l'Asean et l'Occident devraient faire pression sur le Myanmar, qui refuse de reconnaître les Rohingyas comme l'un de ses groupes ethniques, à faire davantage pour résoudre le problème des Rohingyas.


M. Sunai a déclaré que plusieurs pays ont adouci leur position contre le Myanmar, qui a gagné les éloges de promulguer des réformes économiques et politiques répandues depuis qu'il est sorti du régime militaire pure et simple en 2011.


Cependant, il y a des préoccupations croissantes concernant les droits de l'homme au Myanmar. M. Sunai a cité un rapport de Human Rights Watch, en disant les Rohingyas ont été persécutés au Myanmar en violation des lois internationales.


L'ONU a exhorté la Thaïlande pour construire des camps temporaires pour les migrants Rohingyas, bien que la Thaïlande est encore réticente à assumer l'entière responsabilité de prendre soin de migrants sur des préoccupations relatives à la sécurité nationale et les coûts impliqués.


M. Sunai a dit que la Thaïlande devrait demander au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) afin de mettre en place des centres de détention temporaire pour les migrants en Thaïlande, et que le HCR a de l'expérience dans le dépistage des migrants et de les envoyer à d'autres pays. De cette façon, la Thaïlande n'assumera pas seul le fardeau car le coût de la gestion des camps seraient rencontrés par le UNHCR, M. Sunai a dit.


article Bangkokpost

Photo from - foreignpolicyjournal.com

Les dernières vidéos