La Thaïlande confirme le premier cas du virus MERS

Actualités Phuket Thaïlande

La Thaïlande confirme le premier cas du virus MERS
19 Juin
01:32 2015


Le Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) s'est répandu à un rythme rapide et alarmant en Corée du Sud depuis le premier cas qui a été diagnostiqué le 20 mai, infectant 165 personnes dans ce qui est la plus grande épidémie en dehors de l'Arabie Saoudite.



La Thaïlande, une plaque tournante du tourisme médical en plein essor populaire auprès des patients du Moyen-Orient, a annoncé son premier cas de MERS positif, jeudi après qu'environ 20 personnes testés précédemment négatifs pour le virus.



"L'homme est originaire d'un pays du Moyen-Orient. Les résultats du test a confirmé qu'il a le syndrome respiratoire du Moyen-Orient ", a déclaré Rajata Rajatanavin, ministre de la Santé publique de la Thaïlande, en ajoutant que le patient était arrivé dans le royaume avec sa famille il y a trois jours.



Un porte-parole du gouvernement thaïlandais a dit plus tard aux journalistes, que l'homme était d'Oman et avait été à l'hôpital central de Bangkok pour un traitement pour un problème cardiaque.



Après avoir été testé pour « MERS », il a été déplacé à Bamrasnaradura, l' Institut des maladies infectieuses dans la province de Nonthaburi à la périphérie de la capitale thaïlandaise ce matin.



Les autorités sont à la recherche de gens qui étaient sur le même vol, ainsi que toute autre personne qui ont été en contact avec l'homme en même temps à Bangkok.



"Nous sommes confiants que nous pouvons contrôler l'épidémie», a déclaré le porte-parole le Major général Sunsern Kaewkamnerd dans un communiqué, ajoutant que "les mesures de contrôle de la maladie" étaient en place, y compris la surveillance de la santé des trois membres de sa famille.



Plus tôt jeudi, le chef de l'Organisation mondiale de la Santé, Margaret Chan, a exprimé un optimisme prudent sur la capacité de la Corée du Sud pour contenir une épidémie MERS, après que WHO a décrit précédemment, la propagation de la maladie comme un "réveil".



Sous contrôle

« Notre évaluation actuelle de la situation en Corée du Sud pour MERS ... le gouvernement est maintenant sur un très bon pied», a-t-elle déclaré, ajoutant que la situation ne constitue pas une urgence de santé publique internationale.



«L'épidémie MERS sera mise sous contrôle ... même si cela peut prendre un peu plus longtemps que tout le monde aimerait voir", a déclaré Chan, qui est en Corée du Sud pour une conférence qui était déjà prévue.



Elle a dit que le gouvernement avait admis qu'il a connu un "démarrage lent", mais que ses efforts renforcés ont "très rapidement et systématiquement et de façon très significative", résultant en une diminution de nouveaux cas.



Les bonnes nouvelles sont que les scientifiques ont détecté aucune modification génétique dans le virus, a-t-elle dit.



Les commentaires de Chan sont venu quand le ministère de la santé de la Corée du Sud a rapporté plus de trois morts et trois autres cas, malgré les autorités disant plus tôt dans la semaine que la Corée du Sud avait résisté au pire de la crise.



WHO a déclaré mercredi que le manque de sensibilisation sur le virus chez les travailleurs de la santé et le public, a été un facteur majeur contribuant à sa propagation rapide.



Selon une précédente déclaration de WHO, les cas de MERS ont été signalés dans quatre pays d'Asie avant la Thaïlande – la Chine, la Corée du Sud, la Malaisie et les Philippines - depuis que le virus a fait surface en Arabie Saoudite en 2012.



Quarantaine

Plus de 6700 personnes sont actuellement maintenus en quarantaine en Corée du Sud dans le but de freiner la propagation du virus, jusqu'à trois pour cent à partir de mercredi (17 Juin). Environ 4.500 autres ont déjà été libérés de l'isolement.



Mais les rapports alarmants de personnes infectées, passent à travers des mesures de quarantaine qui ont sapé les efforts du gouvernement, pour apaiser les craintes du public sur un virus qui a déjà commencé à blesser l'économie chancelante du pays.



Un homme de 41 ans, a tardivement déclaré aux autorités qu'il a développé des symptômes quelques jours plus tôt qu'il ne l'avait initialement rapporté, incitant les travailleurs de la santé pour mettre en quarantaine de toute urgence des dizaines de personnes qu'il avait été en contact avec lui, sur l'île touristique de Jeju.



L'homme infecté a refusé de rester à l'hôpital tout en étant testé et jeta un accès de colère, promettant de « propager le virus partout» et a cassé une serrure de porte de l'hôpital. Il a ensuite pris un taxi et est retourné chez lui, avant d'être mis de force en isolement.



Le dernier cas a confirmé que dans le pays un homme de 79 ans, qui avaient été traité par dialyse dans un hôpital de Séoul, même, après qu'il avait développé des symptômes « MERS » il y a neuf jours.



Les 111 autres patients ayant reçu un traitement de dialyse dans la même chambre d'hôpital devront désormais être mis en quarantaine, a indiqué le ministère.



article the Phuket News

Photo from - thephuketnews

Les dernières vidéos