La police discute de sanctions plus sévères pour les infractions routières

Actualités Phuket Thaïlande

La police discute de sanctions plus sévères pour les infractions routières
22 Mars
13:23 2019

THAÏLANDE : La police discute avec d’autres agences gouvernementales d’amendes plus élevées pour les conducteurs en état d’ivresse et les récidivistes d’infractions routières.





Le major général Ekkarak Limsangkatt, membre du comité de révision de l’application du code de la route, a demandé des sanctions plus sévères, prenant exemple sur le modèle japonais qui pénalise à la fois le conducteur en état d’ivresse et les passagers ‘témoins du méfait’.


Ekkarak s’exprimait après une rencontre tenue au quartier général de la Police Royale Thaïe à Bangkok.


Parmi les propositions formulées, des amendes supplémentaires et des sanctions plus sévères pour les récidivistes au cours des trois dernières années, en se basant sur les preuves détenues par le service de Gestion des Amendes de la Police (PTM).


Le rôle du PTM est de rassembler des informations sur les infractions routières et de recommander des mesures visant à améliorer la sécurité routière.


La réunion d’hier a rappelé que 11.7 millions d’amendes routières avaient été émises en 2018, une augmentation de 39% par rapport au 8.6 millions de l’année précédente.


Par exemple le conducteur d’un camion a reçu pas moins de 144 amendes en une année, pour des excès de vitesses répétés ou pour ne pas s’être rangé dans la voie réservée aux véhicules lents. Il a été verbalisé grâce aux caméras de circulation.


Au total, 1,507 récidivistes de conduite en état d’ivresse ont été arrêtés au cours des quatre dernières années.


Ekkarak a déclaré que les conducteurs n’avaient pas suffisamment peur des sanctions et des lois. Un amendement du 1979 Land Traffic Act, qui devrait entrer en vigueur prochainement, devrait introduire un système de points pour dissuader les automobilistes de récidiver.


Il a signalé qu’un tel système de points n’aurait pas pu fonctionner auparavant quand tous les permis de conduire étaient émis sur papier, signifiant que la police et le Bureau des Transports n’auraient pas pu se coordonner pour arrêter les contrevenants.


“Cette nouvelle loi obligera les deux agences à partager leurs bases de données et leurs informations afin que le système des points des permis de conduire soit mis en oeuvre de manière efficace et pratique” dit il.



Article original : The Thaiger & The Nation


Photo from - The Thaiger & The Nation

Les dernières vidéos