Crise des sauveteurs : La confiance s'épuise

Actualités Phuket Thaïlande

Crise des sauveteurs : La confiance s'épuise
12 Octobre
02:37 2017

PHUKET : Seules sept personnes ont postulé auprès de l’organisation administrative provinciale de Phuket (PPAO, ou OrBorJor) pour travailler en tant que sauveteur sur les plages de Phuket, a confirmé le chef du PPAO.


Tourisme, Mort, Accident, Mer, Chinois, Armée,



S’adressant a la presse lors de la conférence mensuelle ‘Governor Meets The Press’ organisée hier au Provincial Hall, M. Watcharin a expliqué “Au total, seules sept personnes du secteur de Kamala ont postulé”


Mais M. Watcharin n’a pas précisé combien avaient été engagés par le PPAO.


De son côté, The Phuket News a vérifié que plusieurs ‘anciens’ sauveteurs de Kamala avec des années d'expérience dans le sauvetage en mer avaient postulé auprès du PPAO – et avaient été recalés.


“Nous augmentons le nombre de places disponibles pour la formation au sauvetage de 150 a 230 ” signale M. Watcharin.


“Je veux doubler le nombre de sauveteurs sur les plages de Phuket” ajoute t il.


La formation, qui sera dirigée par du personnel de la marine royale thaïe, est maintenant ouverte a tous, non plus seulement aux officiels comme annoncé précédemment, a précisé M. Watcharin.


Interrogé sur le nombre d’officiers inscrits a la formation, M. Watcharin a répondu “Je n’en sais rien pour l’instant. La date limite d’inscription est fixée au 12 Octobre”


Néanmoins, M. Watcharin a assuré que ceux qui termineront la formation “seront prêts pour patrouiller efficacement” en tant que sauveteurs.


“C’est seulement jusqu'à ce que nous établissons un nouveau contrat (un appel d’offre du gouvernement vers le secteur privé pour fournir des services de sauvetage sur les plages) que nous proposons aux entreprises intéressées, dans deux ou trois mois” ajoute t il.


Toutefois, le décès du touriste chinois de 29 ans Sa Gnan noyé jeudi dernier a Karon Beach malgré la présence d’une patrouille de volontaires de la défense civile n’a pas été discutée.


Bousculé par les questions sur l'incapacité des officiels a organiser des patrouilles sur les plages dimanche 1er octobre,


M. Watcharin a soudainement lâché que les municipalités et les autorités locales étaient maintenant responsables de s’assurer que des sauveteurs patrouilles sur les plages alor que les conditions resteront encore dangereuses jusqu'à la fin du mois prochain.


La question a été soulevée quand on lui a demandé pourquoi un philippin avait dû être secouru des vagues par des passants, alors que les officiels ne s'étaient pas présentés sur la plage pour leur patrouilles quotidiennes sur Bang Tao Beach.


“Bang Tao Beach est sous la responsabilité de l‘OrBorTor de Cherng Talay. Ils doivent trouver des officiels et des volontaires pour surveiller les touristes.


“C’est de la responsabilité de l’OrBorTor de faire surveiller les plages” a t il dit.


Mais M. Watcharin a eu des difficultés a expliquer “Mais sur d’autres plages… comme Surin Beach par exemple, six officiers sont en poste. D’autres plages sont surveillées par des officiels des municipalités”


M. Watcharin n’a pas précisé que Surin Beach était surveillée gratuitement par des sauveteurs du ‘Surin-BangTao Surf Lifesaving Club’, dont les membres sont déployés dans des secteurs spécifiques des plages de  Surin, Bang Tao et Layan, pour assurer la sécurité des touristes.


Il n’a pas non plus évoqué le fait que deux officiels ne s'étaient pas présente dimanche pour prendre leur service sur la plage, prouvant l'écart qui existe entre la manière dont le PPAO comprend la situation et la réalité des plages de Phuket.


Le PPAO souhaite probablement savoir que The Phuket News a appris des sauveteurs de Surin Beach que certains de leurs membres doivent maintenant chercher un emploi, ne pouvant plus se permettre de passer leurs journée a patrouiller sur la plage gratuitement. “Ils sont a court d’argent et doivent nourrir leurs familles” a indiqué un sauveteur.


M. Watchrin a confirmé que la responsabilité de fous services de sauvetage sur les plages revenait maintenant aux autorités locales après la demande des maires de gérer eux même ce problème – avec un budget financé par le PPAO.


Cet appel était restée sans réponse la semaine dernière. M. Watcharin n’a rien dit au sujet du budget.



Article original : Tanyaluk Sakoot / The Phuket News


Photo from - Tanyaluk Sakoot

Les dernières vidéos